AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Angel Del Nero

avatar
_____________________

Modératrice PNJApprentie Sorcière || MortOrdre de Merlin Classe I
_____________________

Modératrice PNJ
Apprentie Sorcière || Mort
Ordre de Merlin Classe I
_____________________

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 22
Localisation : In the Dark ...

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
30/250  (30/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Mar 24 Jan - 22:19

Angel était assise sur cette chaise depuis le début de l’après-midi, et continuait sa lecture à la chandelle. Le soleil était tombé depuis maintenant une bonne dizaine de minutes mais rien ne semblait pouvoir faire bouger l’elfe. Presque rien. Au bout de cinq minutes à relire la même page, la même phrase du livre entre ses mains, la jeune femme décida de se lever. Le même mot tournait dans sa tête. Il semblait s’y accrocher, comme si … Comme s’il la connaissait. Son cerveau se heurtait à une sorte de problèmes qu’elle n’était pas capable de résoudre. Le mot ressemblant à un nom de ville, la mage noire décida d’aller faire un tour aux alentours. Aussi discrète qu’une ombre, elle se glissa dehors, passant devant le bibliothécaire sans même qu’il s’en rende compte.

La température avait perdu quelques degrés avec la tombée de la nuit mais Angel ne sentit aucune différence. Elle se contenta d’avancer, chacun de ses pas s’enfonçant dans la terre du chemin. L’air sentait encore l’humidité. L’elfe en déduisit qu’il avait plu peu de temps avant sa sortie. Toutefois, elle s’en moquait, son esprit encore focalisé sur ce nom. Il lui rappelait un souvenir, un visage. Sauf qu’il était flou. Et plus la jeune femme forçait, moins elle parvenait à stabiliser l’image. Avec un soupir d’agacement, elle reprit la route, suivant à moitié le chemin sans réfléchir. Ses pieds semblaient savoir eux. Où ils allaient. Où ils l’emmenaient. Ces simples gestes réveillèrent les questions de la mage. Elle les avait oubliées pendant toutes ses années, ne pensant qu’à tuer et s’instruire. Pourquoi, dès qu’elle se posait quelques heures, elles revenaient ? Ne pouvaient-elles pas la laisser tranquille ?

Evidemment, pendant que la femme pensait, ses pieds, eux, continuaient d’avancer. Si bien qu’il ne fallut que dix minutes pour qu’Angel se perde. Sans qu’elle ne l’ait remarqué, elle était entrée dans une forêt. Aussi noire que la nuit. Et, comble de désastre, la lune était arrivée à la fin de son cycle et n’éclairait par conséquent pas le ciel. Pourtant, l’elfe avait passé des minutes à chercher le halo argenté dans la masse noire au-dessus de sa tête. Sa propre bêtise l’agaçait. La mage savait très bien que son sens de l’orientation s’approchait du zéro, voire du négatif. Ajoutons à cela le fait qu’elle ne connaisse pas du tout l’endroit. Elle avait juste tué sa dernière proie dans le coin. Du bout des yeux, la jeune femme effleura son environnement. Des arbres. Et encore des arbres. Aucun repaire ! Perdue au milieu de nulle part … Mais non, reprenons-nous !

Angel crut entendre une branche craquer dans son dos. Crut. A moins que ce ne soit sa paranoïa qui reprenne le dessus. Toutefois, l’elfe jugea nécessaire de sortir un de ses poignards. Son instinct reprit le dessus. Elle laissa s’échapper un soupir de soulagement avant de se concentrer sur son ouïe. Des cris d’animaux, des bruits de voix. Rien de bien important. Pourtant, ses muscles refusèrent de se détendre et ses sens restaient en alerte constante. Peut-être devait-elle les écouter. Surtout qu’elle se sentait épiée. Quelques secondes. Puis plus rien. Et ça revenait. Au bout de quelques minutes, la jeune femme s’assit sur une souche d’arbre et prit la parole avec sa voix naturelle, c’est-à-dire froide et tranchante :

-Vous savez, vous n’avez pas besoin de vous cacher, qui que vous soyez.


Sauf si c’était un animal. En fait, si c’en était un, il ne prendrait même pas la peine de lui répondre. Dommage. Angel avait toujours rêvé de discuter avec un être vivant autre qu’humain. Ca pourrait être intéressant ! Enfin, elle espérait que ce soit tout de même un être humain, histoire qu’il puisse l’aider à s’en sortir. Oui, la mage était bel et bien perdue mais ne l’avouerait jamais. Et personne de vivant ne le saurait. Ou sinon, elle le rendrait mort.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Jeu 26 Jan - 1:08

Une taille élancée, des cheveux blonds et soyeux (et non bruns et rêches), des yeux clairs comme de l'eau de roche (l'opposée même d'iris sombre comme le néant), des traits parfaits, toujours surmontés d'un grand sourire ; la perfection même, en somme. Du moins, telle que l'éthique l'entend, évidemment.
Quand on y pense, qu'est-ce qui différencie physiquement un Haut Elfe d'un Elfe Noir? Si ce n'est la couleur des cheveux et la posture adoptée, cela va sans dire.
Pas grand chose en fait. Ce ne sont là que deux branches provenant d'une seule et même Race ancestrale et qui au cours du temps, finirent par se différencier très nettement l'une de l'autre. Les deux types sont très bien faits, possèdent des oreilles en pointes, de grands yeux, une parfaite musculature et une imposante, bien que svelte, carrure. Ils sont sur ces points identiques et cependant, se haïssent les uns les autres comme si "Noir" et "Haut" étaient des qualificatifs étouffants leur nom de base, à savoir : Elfe. Pourquoi "Haut" Elfe à ce propos? Sont ils plus grands? Non. Plus habiles? Encore moins. C'est à l'éthique seule qu'ils doivent leur nom. Néanmoins, c'est un fait, ces derniers sont plus estimés que leurs congénères aux sombres teintes. Pourtant, un Elfe Noir n'est pas forcement imbuvable, voilà un cliché bien répété. Il est vrai que c'est très souvent le cas, voire quasiment tout le temps, mais de là à les exclure de la communauté, il faut dire que c'est un peu exagéré.
Aucune race n'est parfaite et, justement, le problème avec les Hauts Elfes, c'est qu'ils sont trop habitués aux éloges. C'est vrai, à force de les considérer comme de véritables héros, ils prennent rapidement la grosse tête (si ce n'est pas là une caractéristique de base de la race) et sont tout bonnement invivables. Il ne serait pas étonnant de trouver des démons sous ces têtes d'anges d'ailleurs. Après tout, certains d'entre eux s'enrôlent bien chez les mercenaires, comme il arrive que des Elfes Noirs prennent le partit de l'armée... Quoique cela reste rare, il faut tout de même admettre.

En effet, c'est là une différence entre ces deux espèces d'humanoïdes : les uns peuvent demeurer aussi bons que mauvais, quand les autres, plus constants, restent définitivement, profondément et foncièrement des êtres au coeur rongé par le mal. Les subtils mélanges de gris sont donc plutôt rares et c'est pour cela que, globalement, la haine règne entre ces deux descendants de la Race. Les guerres naissent bien de divergences d'opinion après tout. Et justement, des divergences d'opinion, ce n'est pas ce qui manque entre les Elfes.

-Mais quelle idée d'aller s'enterrer dans la foret, franchement? Il devrait penser à se civiliser celui-là : devoir me perdre entre les arbres pour les beaux yeux de ce type à chaque nouvelle mission, très peu pour moi hein...

Trainant les pieds sur une des principales routes de Walroen, William se dirigeait toujours plus vers l'Est. Vers la foret Elfique. Grognant son mécontentement, le jeune homme se contentait d'avancer, ignorant les regards obliques que lui lançaient les voyageurs qu'il pouvait croiser. Maintes fois, le garçon avait imaginé sa rapière se ficher dans le coeur de l'un de ces êtres répugnants, mais jusque là, l'arme était restée dans son fourreau, réduisant cette scène à un simple souhait. Et ce, malgré que son propriétaire, demeurant perpétuellement tendu et attendant la moindre raison pour passer à l'acte, ne puisse s'empêcher de laisser trainer sa main sur le pommeau.

Fort heureusement, aucune occasion propice à un tel projet ne se présenta durant tout le trajet, et c'est sans encombres aucun que le jeune adulte atteint l'orée de la foret. À croire que finalement, son allure faite pour être lugubre et compenser sa peau claire -que l'on imaginait seulement puisque demeurait masquée- avait un tant soit peu l'effet escompté sur la population. Le mauvais temps devait y avoir fait néanmoins. Sous la pluie, les gens sont moins curieux et, globalement, laissent passer les étrangers sans se poser de questions. Et tant mieux. Soit. Arrivé devant le bois, Wind put s'empêcher de laisser s'échapper un soupir de derrière son cache-nez. La foret Elfique. Grouillant de colonies d'Elfes en tous genres, quoique plus souvent blonds et châtains qu'autre chose, ce n'était pas vraiment le lui idéal pour qu'un Elfe Noir, doublé d'un mercenaire, s'y ballade. Faisant basculer sa tête en arrière, le bel homme, un air de lassitude se lisant dans le reflet de ses yeux sans éclat, essaya, en vain, d'apercevoir la cime des arbres de cette dense foret. Peine perdue. En s'engouffrant dans ce lieu, c'est bel et bien du ciel qu'il se privait ; ce qui, somme toute, l'obligeait à sortir le boitier en bois et sa folle aiguille de sa poche.

Sans plus de cérémonie, le pilleur fit redescendre son regard vers l'horizon et, ajustant les multiples tissus qui le recouvraient de la tête aux pieds, pénétra au sein du bois, écartant l'épaisse végétation d'un revers de la main.

Dés lors, c'est la notion même du temps que perdit le mercenaire. Bien sûr, différencier la nuit du jour, même par temps relativement couvert, n'est pas quelque chose de difficile : la température chute intempestivement, l'ombre prend le dessus sur chaque parcelle de terrain et, en définitive, il est difficile de voir où l'on place les pieds. Du moins, pour un humain. Il est évident qu'un Elfe, dont l'acuité visuelle est surdéveloppée, ne connait pas vraiment ce problème-ci. Aussi, c'est sans encombre que le jeune homme traversa une grande partie de la foret, ne se préoccupant pas de sa fatigue et préférant avancer tant que les animaux des bois, endormis, resteraient muets. C'est là l'un des seuls inconvénient à avoir des sens plus sensibles : il suffit d'une mauvaise odeur ou d'un trop grand brouhaha pour incommoder William. Il ne le fait pas savoir et ne le montre point, non, mais la gêne est belle et bien là.

C'est donc dans le silence le plus complet, lui permettant de percevoir la présence d'un être dans un large rayon, que se déplaçait le sombre garçon, glissant comme une ombre entre les arbres. Et justement, alors qu'il s'apprêtait à effectuer quelques enjambées de plus, l'assassin se figea sur place. Tout de noir vêtu, il aurait difficile de le repérer dans cette végétation, néanmoins, étant donné l'adversaire qu'il avait devant lui, cela ne pouvait être moins sur. Un Elfe Noir. Ou plutôt : une Elfe Noire. Et comme lui qui plus est. Il faut dire que sa surprise était grande, l'immobilisant presque : c'était la première fois qu'il en rencontrait une qui, à son image, possédait une peau de porcelaine et une sombre chevelure. Ébahis devant cette rencontre inopinée, le jeune homme resta un instant sans bouger, observant l'inconnue. Puis, soudain, comme mu par une vive curiosité, William leva rapidement les yeux, scrutant du regard le ciel masqué par les multiples branchages. Ainsi, repérant rapidement un moyen de s'élever sans difficulté, le jeune homme pris son élan et grimpa sans bruit à un pin se trouvant à moins d'un mètre de l'étrangère. Enfin... Aucun bruit... Il lâcha tout de même un juron lorsqu'ayant pris appuis quelques centimètres trop sur la gauche, un bois craqua sous son poids, signalant de ce fait sa position.
Evidemment, alertée par le bruit, l'autre Elfe se retourna et, manquant de peu de repérer le jeune homme, prit immédiatement la parole.

-Vous savez, vous n’avez pas besoin de vous cacher, qui que vous soyez.

Amusé par ces paroles, mais surtout, par le ton glacial sur lesquelles elles avaient été dites, Wind s'assit du mieux qu'il le put sur sa branche et, le sourire au coin derrière son écharpe, épia la jeune femme. D'ailleurs, ce rictus peut paraitre déconcertant chez William : ce n'est pas quelque chose que l'on s'attend à retrouver sur son visage, néanmoins, c'est une mimique qu'il a depuis toujours et propre à son cynisme.
Soit. Souhaitant d'abord rester dans l'anonymat et ne pas répondre, c'est à peine un instant plus tard, que finissant par craquer, il répondit sur ce ton railleur qui lui était propre.

-Ah? On dit pourtant que les Elfes Noirs sont de vrais sanguinaires. Ce serait m'exposer au danger que de me montrer, non? Commença-t-il de sa voix grave, qui, même en parlant bas, raisonna longtemps encore après que le silence ne soit revenu.

Du haut de son perchoir, le mercenaire observait toujours sa congénère qui demeurait à plus de trois mètres sous lui. C'était si étrange que de faire face à quelqu'un comme lui. Peut-être n'était-il pas si différent après tout. Ce ne serait pas une mauvaise chose, cela dit. Ne laissant pas le temps à son interlocutrice de répondre, le jeune homme se laissa glisser jusqu'au sol et, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, lui fit face de toute sa hauteur. Abaissant, son cache-nez, il poursuivit.

-Il faut dire que j'en sais quelque chose, en étant moi-même un. Souriant toujours du coin des lèvres, donc, l'Elfe, restant immobile détailla méthodiquement celle qu'il avait en face de lui. Puis, retrouvant son air impassible, reprit. Que fais-tu ici au juste, toi?

Pas de présentation. C'était plus facile d'aller droit au but. Plus commode ainsi.


HRPG : Hmpf... Bon. C'est long et pas top. Sry.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Angel Del Nero

avatar
_____________________

Modératrice PNJApprentie Sorcière || MortOrdre de Merlin Classe I
_____________________

Modératrice PNJ
Apprentie Sorcière || Mort
Ordre de Merlin Classe I
_____________________

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 22
Localisation : In the Dark ...

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
30/250  (30/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Lun 30 Jan - 23:50

Les yeux d’Angel, à présent bien habitués à l’obscurité, farfouillaient les alentours, à la recherche de cette mystérieuse personne qui avait tenté de l’épier. Mais avait loupé son coup. Sans doute à cause d’une erreur de calcul. Ses doigts se refermèrent instinctivement sur la garde de son épée sombre, accrochée à sa taille. Ses oreilles sensibles captaient de minuscules bruits. Toutefois pas assez forts ou nombreux pour qu’elle puisse savoir la position exacte de son adversaire. Retenant un juron, la jeune femme s’assit sur le sol et croisa les jambes. Fermant les yeux, il sembla qu’elle se perdait dans ses pensées mais était en fait on ne peut plus concentrer. Il ne lui manquait plus qu’à attendre que son futur ennemi ne craque ou se mette à découvert.

La mage n’avait jamais eu une nature très patiente mais était capable d’énormes efforts quand il s’agissait de traquer. Ses doigts effleurèrent d’eux-mêmes le poignard qu’elle avait posé en équilibre sur son genou droit. Un léger sourire flotta pendant quelques secondes sur son visage avant de disparaître aussi brusquement qu’il était apparu. L’inconnu allait avoir une petite surprise. Certaines images défilèrent devant ses yeux, sans que la jeune femme n’en saisisse le sens. Ses pupilles perdirent tout leur éclat et une larme coula rapidement le long de sa joue. D’un geste enragé, elle l’essuya et revient juste à temps dans l’instant présent pour entendre les paroles de son cher fantôme :


-Ah? On dit pourtant que les Elfes Noirs sont de vrais sanguinaires. Ce serait m'exposer au danger que de me montrer, non?

Les muscles de la jeune femme se tendirent et ses yeux se relevèrent, brillants de haine. Angel se planta ses ongles dans la chair de son bras, y inscrivant une cicatrice de plus mais l’une des premières faites avec ses propres ongles. Elle préférait habituellement se blesser avec son poignard ou autre arme. De cette manière, l’elfe pouvait très bien prétendre s’être blessée lors d’un combat ou autre. Pourquoi faisait-elle ça ? De toute manière, personne ne la connaissait pour l’empêcher de faire ce genre de bêtises. Les gens la regardaient tous avec une répulsion et du mépris plus que palpable. Et les elfes étaient tout en haut de ses persécuteurs. La mage ferma les yeux, se calma rapidement et extérieurement avant de se relever et d’attendre à peine quelques secondes.

-Il faut dire que j'en sais quelque chose, en étant moi-même un.


Les paroles résonnèrent dans l’esprit de la jeune femme, qui n’avait même pas vu l’inconnu sauter du haut de l’arbre. Elle le dévisagea, sans oser bouger. Ses yeux furetaient légèrement, tentant de trouver une issue de secours. Puis les mots lui revinrent. Et Angel ne chercha plus à vouloir s’échapper. C’était un elfe noir lui aussi. Mais il n’était pas comme les autres. Intrigué, la femme haussa un sourcil et pencha très légèrement sa tête sur le côté. Une étrange lueur brillait dans le fond de ses pupilles. La mage rangea son poignard dans son fourneau et croisa les bras dans son dos.

-Que fais-tu ici au juste, toi?

La question qu’elle ne voulait surtout pas entendre. Tout simplement parce qu’elle ne le savait pas elle-même. Son sens de l’orientation lui avait une fois de plus fait défaut. Et puis, l’homme n’avait même pas daigné de se présenter. Quel manque de civilité ! La mage se mura dans le silence, refusant de répondre de suite à la question. D’ailleurs, elle ne connaissait même pas cet homme, même s’il lui ressemblait énormément et ne devait pas passer inaperçu parmi les autres elfes noirs. Une nouvelle fois, son esprit heurta cette barrière invisible qui lui bloquait l’accès à certaines choses. Et, ne sachant pas de quoi il s’agissait, la jeune femme ne pouvait qu’émettre des hypothèses. Au bout de quelques minutes à rester les lèvres closes, Angel décida de répondre même si elle n’en avait pas réellement envie :

-Je traquais quelque chose.

Pour ne pas dire quelqu’un plutôt. Ou tout simplement qu’elle s’était perdue. L’elfe n’avouait que peu ses faiblesses et ne le ferait certainement pas devant cet inconnu qui lui paraissait … Mesquin. Ou quelque chose dans le genre. Toutefois, ce n’était pas le genre de vocabulaire que la mage utilisait en temps normal et elle n’était pas sûre que le mot convienne. Enfin, ce n’est point le moment de parler ainsi. Laissant l’ombre d’un sourire planée sur son visage, la jeune femme rétorqua :

-Puis-je te retourner la question ou considères-tu ça comme une atteinte à ta vie « privée » ?

Cependant, au fond d’elle-même et derrière ce masque impassible, l’elfe ressentait l’irrésistible envie de sauter sur son congénère. Et de lui trancher la gorge. Ses proies – cibles – étaient souvent des humains ou des centaures. Bien trop faciles à abattre. Son sourire s’accentua alors. Mais l’éclat de ses yeux indiquait la signification réelle de celui-ci. Ses doigts décrochèrent la dague noire attachée à sa ceinture. Pourquoi s’embarrassait-elle de tout cet arsenal d’armes alors qu’elle pouvait se contenter d’aspirer la vie de ses victimes ? Juste pour sentir le sang couler le long de sa main, de son bras. Et ne pas oublier son odeur, son goût.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Mar 31 Jan - 23:40

-Je traquais quelque chose.

D'abord étonné qu'elle ait pris la peine de lui répondre, l'Elfe Noir se contenta ensuite que ce fut le cas. Simple et efficace. Le genre de phrase qui a tendance à agacer mais qui globalement, plait, ou du moins convient, à un grande partie de la population. Néanmoins, étant donné le temps qui précéda les paroles de l'inconnue et la réponse on ne peut plus concise que lui donna celle-ci, William, ayant pour habitude d'analyser les réactions les plus infimes de ses interlocuteurs, ne put en déduire que deux hypothèses : ou cette jeune femme, froide comme la glace, dédaignait son camarade au point de ne pas lui faire l'honneur d'être honnête, ou bien la véritable réponse coutait trop à la demoiselle, qui, trop fière pour l'admettre, préférait donner une idée fausse, histoire de rester noble. Dans les deux cas, ladite réponse étant trop banale, le mensonge était clairement de la partie. Toutefois, le jeune homme comprenait ces deux comportements et c'est donc en détachant son regard de l'Elfe qu'il feint de chercher une quelconque proie aux alentours, quoique, une lueur moqueuse se reflétant au fond de ses iris. Evidemment, aucun gibier ne se présenta. La pénombre recouvrait nettement tout le terrain forestier désormais ; or, la nuit n'est le couvert que de certains rapaces et rongeurs, immangeables pour la plupart (les comestibles, aucunement nyctalopes, se reposant à l'abri) et ce seul fait réduit le nombre de cibles potentielles à un chiffre très proche de zéro. Ceci, les deux jeunes gens le savaient l'un comme l'autre. Cependant, Wind, ne voulant irriter cette étrangère qui lui ressemblait tant, décida de ne pas relever -un effort surhumain pour son caractère- et écouta attentivement les quelques mots qui se formaient sur les lèvres de cette dernière, qui par ailleurs, semblait esquisser une sorte de sourire.

-Puis-je te retourner la question ou considères-tu ça comme une atteinte à ta vie « privée » ?

Il fallut moins d'un instant pour que ce semblant de sourire ne se mue en un franc étirement des lèvres. Cette grimace, l'Elfe noir la connaissait bien ; il semblerait qu'elle soit commune à la plupart des individus de l'espèce en fait. Extériorisant le désir profond de faire coulait du sang -humain, de préférence- cette mimique, difficile à réprimer, est un marqueur fiable du courant des réflexions dudit elfe lorsque celui-ci se voit assaillit de pensées plus sadiques et sanglants les uns que les autres. Il est plus ou moins marqué suivant les personnes, mais, reste néanmoins facilement repérable puisque ceux de la race sourissent que très rarement.
En somme, c'est un bon moyen de savoir qu'il est temps pour vous de déguerpir au plus vite. En l'occurrence, William ne bougea pas d'un millimètre, cela va de soit. Il n'y a rien de plus lâche que de fuir. En conséquence, un Elfe Noir ne fuit pas ; jamais.

Restant impassible, le jeune homme posa son regard sur son interlocutrice et, la jaugeant un bref moment, en profita pour faire son choix quant à son attitude générale vis à vis de celle-ci tant que leur relation demeurerait neutre. Le choix du comportement est un point essentiel dans l'évolution d'une relation. La plupart des gens le font sans véritablement s'en rendre compte, se basant sur l'impression première qu'ils ont eut et donc, généralement, sur le physique de ceux qu'ils s'apprêtent à cataloguer. Il est évident que, du bon samaritain qui idéalisera son entourage, au prétentieux qui, au contraire, le dédaignera, tout le monde fait preuve de cette réaction on ne peut plus humaine. L'Humain étant à la base, aussi superficiel que matérialiste, c'est tout naturel pour lui de catégoriser ceux croisant sa route : les naïfs d'un coté, les généreux, ou au contraire, les égoïstes... Evidemment, une même personne ne sera pas dans la même catégorie suivant les individus auxquels il aura affaire, mais globalement, le système reste le même.

Ayant donc finalement opté pour des réactions qualifiables d'amicales, pour ne pas dire enjouées, à l'égard de cette demoiselle qu'il avait plaisir à observer de par leur similitudes, Wind, après s'être raclé la gorge reprit finalement le parole, brisant le lourd silence qui pesait jusque lors.

-Tu traquais quelque chose? Je ne vois rien de comestible dans les parages... Et j'ai une vue perçante, tu t'en doutes... Marquant une pause, le mercenaire laissa se dessiner son rictus quelques brèves secondes, puis reprit : J'espère bien que tu ne parles pas de moi... Auquel cas, nous devrions nous battre, et vu l'heure, je ne suis pas d'humeur. Finit-il par ajouter sur un ton maussade.

À vrais dires, l'humeur du garçon n'y était pour absolument rien. Néanmoins, bien qu'étant plus apparenté à un être vil plutôt qu'à autre chose, ce n'était pas dans ces idéaux de devoir affronter une belle femme ; surtout quand celle-ci lui ressemblait dans les grandes lignes, un fait plutôt rare.

-En effet, ce ne sont aucunement tes affaires. Continua-t-il ensuite avant de raviser le ton sec sur lequel il avait prononcé ces mots et d'ajouter : Enfin, je vais à l'Ouest. Lui adressant un regard lourd de sens et tout autant moqueur. Il semblerait que j'ai fais fuir ta proie... Tu peux donc m'accompagner, non? Je ne serais pas contre un peu de sombre compagnie elfique... Si tu vois ce que je veux dire.

Terminant son propos tel quel, le jeu d'homme recula de quelques pas pour s'adosser à l'arbre qui lui avait, des minutes auparavant, servit de perchoir. Etre dos au mur peut se révéler un avantage en combat : cela empêche l'adversaire de vous attaquer par derriere, en fourbe. Or, ne connaissant pas la jeune femme, le pilleur préférait prévenir que guérir. Ses réflexes demeurant en éveil, ses sens, aux aguets.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Angel Del Nero

avatar
_____________________

Modératrice PNJApprentie Sorcière || MortOrdre de Merlin Classe I
_____________________

Modératrice PNJ
Apprentie Sorcière || Mort
Ordre de Merlin Classe I
_____________________

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 22
Localisation : In the Dark ...

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
30/250  (30/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Sam 10 Mar - 18:06

Angel retint une grimace, remarquant la débilité de ses différentes réponses et questions. Toutefois, elle décida de faire comme si de rien n’était et caressa du bout des doigts la dague qu’elle venait de décrocher de son fourneau. Il y avait de fortes chances pour que son camarade l’ait vu ou aperçu, étant donné la vision affûtée des elfes en général, mais la jeune femme ne s’en formalisait pas. Elle avait passé toute sa vie à tuer toute sorte de gibier. Chacun possède des caractéristiques qui lui sont propre. Donc, un bon tueur doit en conséquent s’adapter à chaque cas pour accomplir à bien son meurtre. Ne jamais assassiner deux fois de la même manière ou avoir un style particulier. Sinon, tout le monde pourrait le contrer avec un peu d’entrainement. Bref, trêve de plaisanteries et revenons à nos moutons. La mage avait bien menti et avait la désagréable impression que l’autre l’avait senti. Et qu’elle était en position d’infériorité. Voilà une chose qu’elle détestait, mais vraiment ! Et ce rictus à la noix qu’il avait tout le temps sur son visage ! Les yeux de l’elfe noire s’enflammèrent et virèrent légèrement au rouge. Elle parvint néanmoins à se retenir de lui balancer le poignard entre les deux yeux et alla même jusqu’à le ranger pour paraître un peu plus amicale.

Les paroles que prononça alors son possible adversaire l’enfoncèrent un peu plus et lui prouvèrent qu’il ne l’avait pas cru une seule seconde. Angel allait devoir revoir sa méthode de persuasion. Bientôt, elle ne parviendrait même plus à manipuler les humains. Agacée, elle détourna le regard, cherchant elle aussi une proie pour prouver sa bonne foi, tout en sachant que c’était perdu d’avance. Quand la jeune femme reposa son regard sur lui, il avait encore ce stupide rictus sur le visage, à croire que c’était une manie de son côté. Après une courte pause, il reprit la parole, achevant ainsi d’énerver la mage. Mais qu’attendait-elle pour le tuer nom de dieu !? En fait, elle ne le pouvait tout simplement pas. Pourquoi ? Ben … Aucune idée. C’était comme ça et pas autrement. Bon. Elle devait se reprendre et garder ce visage impassible qu’elle affectionnait tant. Et quelques secondes suffirent pour qu’elle redevienne celle qu’elle avait toujours été.


-Enfin, je vais vers l’Ouest. Il semblerait que j’ai fait fuir ta proie… Tu peux donc m’accompagner, non ? Je ne serais pas contre un peu de sombre compagnie elfique … Si tu vois ce que je veux dire.

Angel cligna plusieurs fois des paupières et ne releva pas le regard que lui avait lancé son camarade. D’ailleurs, elle avait même loupé le début de sa phrase. Le jeune homme recula alors, s’adossant à l’arbre duquel il l’avait espionné quelques minutes plus tôt. Un vague sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Il était loin d’être bête quand même. Elle ne pouvait plus l’attaquer par derrière à présent. De toute façon, elle avait toujours préféré faire face à ses ennemis. C’était bien plus drôle et il y avait ainsi bien plus d’effusions de sang. Enfin. Là, l’elfe lui proposait de lui tenir compagnie. Et la mage décida d’accepter, étant donné qu’elle était perdue au milieu de nulle part et que son sens de l’orientation nul ne pouvait lui servir. Elle n’avait donc qu’une solution : Le suivre et donc accepter la proposition de son congénère. L’elfe prit une légère inspiration avant de répondre à son futur compagnon de voyage :

-Comme je n’ai plus de gibier à chasser, je te suis. Mais tu remarqueras vite que je ne suis pas de très bonne compagnie. Et comme on va devoir cohabiter, je m’appelle Angel.


Ben oui, fallait bien qu’elle donne son prénom quand même. Enfin, lui n’était pas obligé de lui révéler en retour mais elle finirait par le savoir. Un léger sourire, plus franc cette fois, apparut sur son visage pendant une petite minute. Une chouette hulula sur une branche à quelques mètres d’Angel mais s’écroula avant d’avoir pu finir son chant, un poignard s’étant planté dans sa gorge ou quelque part par là. La jeune femme n’avait pas en tête d’impression son congénère, loin de là. Elle ne supportait juste pas les bruits parasites. A présent, elle attendait qu’il montre le chemin.


[Désolée pour le retard encore =/]

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   Dim 15 Avr - 20:49

Une flamme naissante se mît à danser fébrilement dans le néant total. Seule étincelle de couleur dans un ensemble profondément noir, elle fut néanmoins rapidement rejointe par quelques autres, qui, finalement, évoluèrent en un véritable incendie ; rongeant l'espace dénué de teintes qui les avaient vues naitre. Ce rouge expressif, William n'eut aucun mal à l'interpréter. La demoiselle était en colère : ce brasier ardent qui avait élut domicile dans ses iris le montrait clairement.
La raison de ce changement d'attitude? Lui-même et son attitude espiègle. Quelle douce sensation que de se sentir apprécié de la sorte. Et en un temps recors qui plus est. Vraiment, il se surpassait.

La colère d'un Elfe Noir est en elle-même plutôt redoutable. Certes, si courante qu'elle n'étonnerait plus personne, pas même un ingénu, mais elle n'en reste pas moins ravageuse, il faut bien l'admettre. Rien ne pourrait égaler une telle rage en ce bas monde qu'un Sombre Homme aux Oreilles en Pointes se mettant en un tel état, selon certains. Ou... En fait si : Une Sombre Femme aux Oreilles en Pointes se laissant aller à ce même sentiment.
Quoi de plus dangereux qu'une femme au bord de la crise de nerfs?
Leurs sens se voient comme décuplés, leur force, de même, mais surtout : elles se retrouvent alors dotées d'un esprit vicieux et malveillant au possible, pouvant imaginer les pires tortures jamais inventées. Et pour couronner le tout : l'hystérie s'emparent de leur personne. Que demander de pire? Ou de mieux, selon les points de vues?
Une Elfe Noire au bord de cette même crise. Voila ce qui est vraiment redoutable. Et ça, William le savait pertinemment. Il le savait, et pourtant, il adorait se savoir aussi peu apprécié. Un savoir n'avait sans doutes jamais été si peu utilisé jusque là. Était-ce un début de masochisme qui le rendait extatique à la seule perspective d'un affrontement? Combattre... Cela faisait un moment que cela ne lui était pas arrivé. Peut-être que le bon vieux corps à corps lui manquait : après tout, c'était dans ses gènes d'aimer voir couler le sang, il n'y pouvait rien et n'aurait de toute façon rien fait contre dans le cas contraire. On ne se refait pas.
Or, de ce liquide pourpre, il n'en avait pas vu la délectable couleur, ni sentit l'enivrante fragrance depuis un certain temps ; depuis beaucoup trop de temps, en fait.

Un amas nuageux paraissant s'être immiscé dans le néant, une averse ne tarda pas à s'emparer des lieux pour éteindre l'incendie qui les ravageait. La tempête était passée, s'était calmée avant même d'avoir commencée et il n'y avait aucun dégâts. Visiblement, la partie était remise. Tant pis. Peut-on réellement être déçu de ne pas livrer combat? Pouvait-il décemment regretter qu'elle ne l'ai pas attaqué? Oui, tout à fait. Enfin, heureusement, la partie n'était que remise. La tension palpable entre eux ne pouvait mener qu'à une échéance, et le mercenaire s'en réjouissait d'avance. Enfin, pour l'instant, elle s'était calmée, avait rangé son arme et avait même esquissé quelques sourires plus ou moins francs. Comment pouvait-il avoir envie de l'avoir pour adversaire? Quel rustre il faisait. Et quel instable personne également. En quelques minutes, il avaient réussis à changer deux fois d'avis au sujet d'un même sujet : relèverait-il, oui ou non, le défit si elle venait à l'attaquer? À vrais dires, la réponse se trouvait dans l'énoncé. Il faut dire que ce n'est pas rare et qu'en général, elle se retrouve à être plus simple que jamais. En l'occurrence, le jeune pilleur décida qu'il riposterait seulement si elle même ouvrait le bal. Espérait-il qu'elle le ferait? Pas vraiment : après mures réflexions, il était certain qu'il souhaitait voir du sang. Néanmoins, il était moins sur qu'il apprécie de voir celui de sa nouvelle connaissance ; aller savoir pourquoi.

Justement, la voix de cette dernière tira l'Elfe de ses macabres pensées. Constatant non sans une certaine joie, bien que mesurée, qu'elle acceptait son offre, Will, ne put néanmoins que lui assener un regard moqueur quant il nota la raison qu'elle s'était donnée pour ne pas refuser. Tout deux savaient très bien qu'elle n'était pas venue chasser. Mais bon, puisque qu'elle désirait patauger encore un peu dans son mensonge : grand bien lui fasse. William n'allait pas non plus passer la soirée à la contre-dire. Les sarcasmes, il aimait cela : du moment qu'ils n'étaient pas répétitif à l'image d'un certain comique de mauvais gout.

Ainsi, Wind ne releva aucun des propos de la jeune Angel : il se contenta de suivre la trajectoire du projectile qu'elle venait de lancer afin d'abattre une bestiole hululante.

-Très chère, il va falloir redéfinir ce qu'est un gibier. Marquant une pause tout en observant l'endroit ou se trouvait la chouette avant de s'écrouler, il reprit. Leçon numéro un : les rapaces en font de très mauvais.

Les mots fusaient comme des flèches dans la bouche de l'assassin qui, fidèle à lui-même, n'avait pu s'empêcher quelques remarques désobligeantes. Tant pis. Si elle était de mauvaise compagnie, autant l'échauffer un peu pour animer leur ballade sous les étoiles. De plus, appréciant particulièrement la compagnie animale, le jeune homme n'était pas un grand amateur de la chasse en terme de divertissement. Son geste, qu'il trouvait inutile donc, le répugnait et pourtant, il ne put s'empêcher de se rapprocher d'elle pour la complimenter pour son adresse.

-Eh bien, je ne sais pas ce que tes parents avaient dans la tête lorsqu'il ont choisis ton prénom, cher séraphin, mais il faut avouer que sous tes airs démoniaques, tu caches bien une divine agilité.

Sur ce, l'Elfe Noir se remit en route vers l'Ouest en compagnie de sa charmante camarade. Compagne qu'il ne tarda pas a questionner de long en large.

-Tu habites dans les parages sinon? Ou tu es simplement là pour un temps? Commença-t-il par lui demander avant de se souvenir de sa propre présence en ces lieux. Ah, et connaitrais-tu un certain Erwann Kills? J'ai besoin de le voir.

Elle, ne connaissait rien de l'identité de son interlocuteur et ne semblait pas s'en formater ; lui, en revanche, souhaitait en savoir un maximum, tant cette rencontre fortuite l'intéressait.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


_____________________

_____________________


_____________________

MessageSujet: Re: Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Perdue, perdue ... Même pas vrai ! [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» "La Route Perdue"
» Perdue en Forêt (PV: Kairi)
» Cybèle, l'elfe perdue
» A la recherche de la bouteille perdue!
» NALA CANICHE ABRICOT F 13 ANS PERDUE DANS LE 34
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Walroen :: Walroen :: 
La Forêt Elfique

 :: Le Coeur de la Forêt
-