AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]   Ven 27 Avr - 17:25



Chapitre 1 - Un voyage sans encombre

Ariana se mit à jouer avec sa dague, la faisant tournoyer entre ses doigts habiles comme un jouet, avant de la planter sur la table. Puis, reprenant son arme en main, elle recommençait. Le Capitaine de la caravelle l’observait de loin, moitié intrigué, moitié amusé, avant de se replonger dans la lecture de sa carte marine. Le voyage étant profondément ennuyeux. La jeune femme n’aimait pas la mer, du moins, celle-là : sans vagues, sans tumulte, sans rien. Dénuée de toute âme. Le Général Holmes lui avait dit de rejoindre la VIe Légion sur Dardanos, mais personne n’était au courant de sa venue. Dans une poche de sa veste, une lettre du nain expliquait au commandant de la caserne portuaire les modalités d’accueil de la toute jeune recrue de la Grande Armée. Des formalités dont Ariana se serait bien passée, mais visiblement, c’est ainsi que se font les choses au sein de l’armée la mieux organisée du monde. Alors qu’elle se demandait si le navire allait un jour arriver à destination, une voix retentit.

- Terre ! Terre en vue !

Immédiatement, la capitaine se leva, et se rua sur le pont. Son second l’informa qu’ils étaient à quelques milles nautiques seulement de l’île. Encore une heure, et Ariana foulerait pour la première fois les terres de Dardanos. La jeune fille rangea sa dague et sortit de la cabine. L’air marin s’engouffra dans sa poitrine, et elle ressentit un bien immense doublé d’un sentiment de liberté absolument divin. Puis, elle s’accouda au bastingage, et c’est alors qu’elle la vit. L’île avait beau être encore loin, des montagnes se découpaient dans le paysage, et le fort de l’Armée apparaissait déjà. Le Capitaine donna ordre d’hisser le blason de la maison Royale de Walroen, afin d’avertir l’île de leur arrivée. Encore quelques manœuvres de routine, et L’Intrépide mouillerait dans le port du fort en fier conquérant.

Une fois au port, l’elfe attrapa son sac et débarqua avec le reste de l’équipage. La foule était immense : des pêcheurs tentaient de vendre leurs poissons tandis que des commerçants ambulants s’étaient installés en quête d’acheteurs opportunistes ; mais ce qui attira surtout l’œil de la jeune femme, c’était la présence de soldats de l’Armée patrouillant dans les allées. Simples mesures de précaution, pensa Ariana. Ne portant pas l’uniforme, il était impossible pour ces soldats de reconnaître la jeune femme, qui s’empressa de pénétrer à l’intérieur de la ville. Dardanos était une île peu peuplée, organisée autour d’une seule ville protégée par un fort : tout le reste n’était que jungle, montagnes et contrées inexplorées. Arrivant devant la porte du fort, Ariana s’adressa au garde, et lui montra le papier qu’elle avait en sa possession. A la simple vue du cachet de la lettre, le soldat la laissa entrer, en prenant soin de lui indiquer le chemin à suivre pour rejoindre le bureau du Commandant du Fort. La bretteuse traversa plusieurs couloirs et corridors ; un nouveau garde l’attendait devant la porte. Après avoir effectuées les formalités nécessaires à l’identification de l’objet de sa visite, Ariana dut attendre que le Commandant soit prévenu de son arrivée. Encore quelques minutes, et elle se trouvait devant l’homme gradé, qui dévorait des yeux la missive de William Holmes. Quand il eut finit, il se contenta de dire …

- Fort bien, Miss Storm. Vous nous serez utile au fort. Et comme vous connaissez déjà votre objectif, sachez que je vous donne carte blanche pour mener à bien votre mission. Le Général Holmes ne doit pas être déçu : je compte sur vous. Vous logerez dans l’une des tentes de la caserne ; soyez la bienvenue au sein de la VIe Légion.

Après ces quelques mots d’accueil, le commandant la fit reconduire par le garde jusqu’à ses quartiers. Elle disposait d’une tente peu confortable, mais peu lui importait : elle savait qu’elle ne resterait pas l’hôte de la VIe Légion pour longtemps. Bien décidée à commencer à mener son enquête, elle décida de se rendre dans l’arène de combat de la caserne. L’endroit où tous les ferrailleurs de l’île se retrouvent pour échanger des coups d’épées et améliorer leur escrime. A peine eut-elle posée le pied dans l’arène que déjà, deux hommes bien bâtis s’approchèrent d’elle.

- Alors ma grande, on est perdue ?
- Pas du tout. Je suis de la Ière et j’ai été affectée à votre Légion pour quelques temps.
- Affectée à la VIe ? Ben ça alors, ça fait combien de temps qu’on n’a pas eu de nouvelles têtes, hein ? Quatre ans à tout casser, non ?


L’homme qui venait de parler devait avoir la cinquantaine, et il arborait plusieurs cicatrices sur son visage. Sa barbe semblait cacher plusieurs blessures aux lèvres, mais ses yeux bleus en revanche fixaient Ariana avec une intensité peu commune. Son compagnon était beaucoup plus jeune, une trentaine d’années à en juger par sa silhouette athlétique ; il avait des méthodes beaucoup plus polies que le second, visiblement. Ariana continua son chemin vers le centre de l’arène tandis que les deux soldats la suivaient, moitié admiratifs d’avoir une femme dans leurs rangs, moitié jaloux. L’elfe détailla rapidement leurs armes : le barbu avait une rapière basique, le genre d’arme portée par n’importe quel soldat de l’Armée ; en revanche, son ami détenait une Flamiguera ; cette lame, beaucoup plus rare que la rapière, était réputée pour occasionner de graves blessures à son adversaire. Alors que la jeune femme était plongée dans sa réflexion, ce dernier reprit la parole …

- Je ne me suis pas présenté. Je suis Henry d’Arras, et voici mon ami Kyle Branson.
- Enchantée. Je m’appelle Ariana Storm, mais mes amis me surnomment plutôt la tempête.
- La tempête, rien que ça ? Tu es bretteuse ?


Loin de la capitale, Ariana sentait bien que cela dérangeait beaucoup moins ses interlocuteurs qu’elle sache manier le fer ; à Aïkorima, elle avait eu beaucoup de mal à se faire accepter et respecter, alors qu’ici tout semblait plus naturel. Sentant que les deux hommes mourraient d’envie de l’affronter, elle leur proposa un truel d’entraînement : eux deux contre elle, seule. Les deux compagnons hésitèrent d’abord, puis pour toute réponse, dégainèrent leurs armes. Ariana enleva sa cape, et sortit Soul Edge de son fourreau ; puis elle salua les deux hommes de loin, attendant que l’un d’entre eux croise le fer en premier. Ce n’était pas seulement la perspective du combat qui l’intéressait, mais les informations qu’elle pourrait tirer des deux hommes une fois qu’elle les aurait mis en confiance ; car Ariana savait que ses deux compagnons d’armes n’étaient pas attirés que par son escrime …

A suivre – Chapitre 2 – Confessions et Trahisons
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]   Sam 28 Avr - 18:51



Chapitre 2 - Confessions et Trahisons

Ariana ne put retenir un sourire face à l’attaque désespérée d’Henry ; le jeune homme avait tenté un dégagement de façon tout à fait prévisible, et la jeune bretteuse s’était contentée d’écarter le fer avec une facilité déconcertante, avant de pivoter sur ses jambes pour parer une offensive bien menée de Kyle. Les lames du trio tournoyaient dans les airs, et seul le bruit du métal fendant l’air répondait aux interrogations de la jeune femme. Elle ne savait toujours rien sur l’identité du traître ; mais quelque chose la poussa à croire qu’elle n’était pas loin du but. Quand elle eut bien épuisé les deux hommes, elle exécuta sa botte secrète ; en un rien de temps, elle désarma Kyle et fit remarqua à Henry lors d’une parade parfaitement exécutée que sa dague menaçait directement le ventre du soldat. Même si les deux compagnons avaient trouvé l’entraînement fort plaisant, ils ne cessaient de s’interroger : que venait faire une si fine lame à Dardanos ? Pour toute réponse, l’elfe leur proposa d’aller boire une bière à la taverne la plus proche. Il était environ dix-neuf heures, et le soleil allait bientôt disparaitre derrière l’océan. Un verre, deux verres, trois verres … Ariana tenait bien l’alcool, ce qui ne semblait pas du tout être le cas de Kyle. Henry en revanche resté impassible, le regard rivé sur la jeune femme, et dès que son compagnon se mit à ronfler sur la table, il crut bon d’entamer la conversation avec Ariana.

- Vous vous battez bien. C’est plutôt rare de nos jours ; honnêtement, qu’est-ce qu’une fille comme vous vient faire à Dardanos ?

La jeune femme crut déceler une lueur d’excitation dans les yeux de son interlocuteur. Il n’avait pas l’air serein. De toute évidence, il semblait cacher quelque chose. Parfait, cela ferait avancer les choses plus rapidement que prévu. Peut-être détenait-il des informations capitales sur l’agent double infiltré au sein de la VIe Légion ? Voire même était-il plus impliqué dans l’affaire qu’il ne pouvait le laisser paraître au premier abord. Méfiante, Ariana se contenta de répondre :

- J’obéis aux ordres. J’évite de me poser des questions quant à leur signification.
- Je vois. Vous êtes une exécutrice efficace. Vous posez-vous cependant quelquefois des questions ? Sur ceux que vous servez ? Sur la cause que vous défendez ?
- Une taverne n’est pas le meilleur endroit pour parler philosophie.
- Certes. Mais vous m’avez l’air d’une femme qui collectionne les atouts, alors pourquoi pas ?
- Je ne suis pas encore prête à débattre avec une personne que je connais à peine.
- Cela peut s’arranger vous savez. Nous avons une nuit devant nous.


Ariana réfléchit à toute vitesse. Les hypothèses qu’elle avait émises sur Henry s’avéraient exactes : un véritable Don Juan qui voulait faire tomber toutes les femmes à ses pieds. Mais l’elfe n’était pas de celles-là ; et puis, elle doutait que quiconque puisse prendre son cœur un jour. Mais elle avait une mission à accomplir : aussi fit-elle mine de ne rien dire, et sortit de la taverne avec l’homme. Ils traversèrent deux placettes, puis arrivant dans une étroite ruelle, Ariana vit deux hommes vêtus de noir qui leur barraient le passage. Instinctivement, l’elfe prit soin de cacher ses armes ; Henry lui paraissait beaucoup moins serein : il esquissait déjà un geste de retraite ; mais à peine eut-il tourné les talons pour revenir d’où il venait que deux autres silhouettes noires apparurent sous l’arche qui surplombait l’entrée de la rue. Immédiatement, la jeune femme sentit que quelque chose allait arriver. Les quatre hommes se rapprochaient petit à petit du duo, sans vaciller.

- D’Arras, c’est ta peau qu’on veut. Mais puisque tu as eu la mauvaise idée de venir avec une amie, on va trouer la peau de deux personnes ce soir.
- Je vous ai donné mes informations, Kills m’avait promis la vie sauve …
- Quoi, on te l’avait pas dit ? L’Imperator, comme on l’appelle chez nous, a une parole facile. Tu sais ce qu’on dit : les paroles s’envolent, les écrits restent. Dommage que t’aies pas d’autorisation écrite de sa part. Nous, on a des ordres du bataillon. Tu connais la date. Nous aussi. Sauf que toi t’es un agent double, et on ne veut pas prendre le risque que tu retournes ta veste au dernier moment. Ils savent qu’on sait, mais ils ne savent pas quand on va frapper. Alors laissons-les dans l’ignorance, tu ne crois pas ?
- Mais …


Henry n’eut pas le temps de finir sa phrase. Un poignard s’était fiché dans son torse, et le sang coulait déjà. Son sang. Encore quelques minutes, Ariana le savait, et son compagnon serait aussi vivant qu’une tombe. Piquée à vif, la jeune femme dégaina sa rapière, et plongea sa lame dans le ventre de l’homme le plus proche d’elle. Alertés, les trois autres rappliquèrent, surpris qu’une femme se balade dans les rues de Dardanos une rapière à la ceinture. L’elfe ne se fit pas prier : elle décocha un crochet du gauche qui envoya valser l’un de ses adversaires un peu plus loin, tandis qu’elle tentait de parer deux attaques en même temps. Une arme adverse lui entailla légèrement l’avant bras, mais Ariana sentit à peine la brûlure de l’acier ; encore trois échanges, et sa rapière s’enfonçait dans le torse d’un autre homme. Tandis que l’adversaire qu’elle avait envoyé à terre se relevait, elle lança sa dague qui alla se planter gracieusement dans le crâne du Mercenaire. Acculée en bout de ruelle par l’ultime survivant du raid, elle fit tournoyer son arme autour d’elle en ellipses meurtrières ; l’homme, surpris, parvint cependant à éviter les offensives d’Ariana, mais son bras fut sévèrement touché, et il fut contraint de changer de main ; dès lors, la jeune femme savait qu’il avait signé son arrêt de mort. Le brigand résista encore pendant deux ou trois échanges, avant que la lame de Soul Edge ne vienne lui entailler le ventre. Sans aucune pitié, Ariana regarda le quatrième cadavre tomber au sol, et alla récupérer sa dague sur l’un des hommes à terre.

Ce n’étaient pas des Mercenaires, ils se battaient trop mal. Leur escrime était aussi riche que celle qu’un gamin de neuf ans, leur seul atout était leur nombre et leur force. Ils étaient probablement des sous-fifres envoyés pour faire le sale boulot à la place des bretteurs de Kills.

Puis, Ariana se précipita aux côtés d’Henry. Il était à terre, et baignait déjà dans son sang. Jetant un rapide coup d’œil sur la blessure, la jeune femme sut qu’elle disposait d’encore quelques secondes pour lui parler avant qu’il ne sombre dans les méandres de la mort. Elle se pencha au-dessus de lui et engagea la conversation de façon paisible, sachant pertinemment que l’homme qui se trouvait auprès d’elle vivait ses derniers instants …

- Je …
- Ne dis rien. Ils vont venir … bientôt … ils seront nombreux. J’ai trahi l’armée … ils vont lancer leur raid, Ariana, ils vont … tuer … des soldats … ils m’ont trahi, depuis le début je n’étais qu’un jouet entre les mains de Kills … demain soir … sois prête derrière les murailles du fort … demain soir … à minuit … ils seront là … tous …


A suivre – Chapitre 3 – Le Raid de trop
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]   Dim 29 Avr - 11:40



Chapitre 3 - Le Raid de trop

Ariana regarda le ciel étoilé, souriant à moitié à l’idée de ce qui allait se passer. Vingt-quatre heures s’étaient écoulées depuis les dernières paroles d’Henry d’Arras, et la jeune bretteuse avait presque achevé sa mission. Le Commandant du Fort avait déployé deux tiers de la VIe sur les murailles Est, donnant sur la jungle. Le seul endroit d’où pouvaient arriver des Mercenaires conduisant un raid nocturne. Des archers avaient été placés tout le long du chemin de ronde : le fort entier était plongé dans l’obscurité, faisant croire aux raiders qu’ils n’auraient aucune difficulté à pénétrer dans le fort et à égorger les hommes de la Légion royale. Mais en réalité, l’Armée de Walroen attendait patiemment son heure ; l’heure de la victoire. La jeune femme ignorait totalement le nombre d’assaillants, mais elle avait supposé qu’ils ne devraient pas être bien nombreux ; quand on veut faire un raid d’infiltration, le nombre d’hommes est un problème majeur. Soudain, les buissons oscillèrent non loin de la muraille ; les Mercenaires étaient là, tout près. C’est alors qu’ils sortirent de leurs cachettes et, comme une seule vague, se ruèrent vers la porte du fort. A première vue, Ariana estima leur nombre : ils devaient être entre trente et quarante hommes forts de leur expérience de mercenaires. Voyant quelle stratégie ils adoptaient, le Commandant donna ordre aux bretteurs de se rendre dans la cour intérieure. Dès que les archers passeraient à l’attaque, les bretteurs de l’Armée ouvriraient la porte et donneraient le coup de grâce aux survivants. Le chef de la VIe leva son bras ; l’ordre d’assaut était imminent. Déjà, les Mercenaires tentaient de découper la porte silencieusement pour entrer dans le fort. Il y eut un sifflement de métal, puis des cris. Les flèches avaient touché leurs cibles. Comme pris d’une folie soudaine, Ariana et les quarante bretteurs qui l’accompagnaient se ruèrent hors du fort, décidés à achever les survivants. Mais en réalité, ils étaient encore bien nombreux, vingt ou vingt-cinq. Les flèches avaient été tirées à l’aplomb de la muraille, et les archers n’avaient pas eu un angle de tir conséquent.

Sans réfléchir, Ariana croisa le fer avec le premier venu. Dès le premier contact, elle sentit l’assurance de son adversaire ; l’homme qu’elle avait en face d’elle était tout, sauf le genre d’homme qu’elle avait tué hier soir dans la ruelle de Dardanos. Comprenant qu’elle allait devoir faire une escrime de qualité, la jeune femme tournoya sur elle-même et tenta d’asséner un violent coup de pied à son vis-à-vis. Ce fut une erreur : l’homme attrapa la jambe de l’elfe et, d’un coup violent d’épaule, envoya Ariana face contre terre. Alertée, la jeune femme eut juste le temps de faire une roulade pour éviter la lame du mercenaire, qui déjà s’enfonçait dans le sol, à l’endroit où elle se trouvait quelques secondes plus tôt. Se relevant avec célérité, elle attaqua au flanc droit, mais son adversaire trouva miraculeusement la parade au dernier moment. Ariana cassa son poignet afin d’effectuer un liement dans une ligne extérieure ; le mercenaire, moitié amusé, brisa la parade de la jeune femme et lui entailla profondément l’avant-bras gauche. Une chance que ce ne soit pas le bras armé, pensa l’elfe. La douleur était cuisante, mais la bretteuse tint bon, et enchaîna les échanges avec son adversaire. Profitant d’une attaque plus lente que les autres dans sa quarte, l’elfe para en prime et asséna un violent coup de coude dans le nez du Mercenaire ; puis, faisant pivoter son épée dans sa main habile, elle enfonça son arme dans le corps de son adversaire, avant même qu’il ait pu esquisser un geste de défense. Frapper à un endroit pour finalement toucher ailleurs, pensa Ariana. C’était ce qu’on lui avait appris lors de ses premières leçons d’escrime. Le mercenaire tomba sur le sol, mort. Partout, les bretteurs de l’Armée semblaient avoir l’avantage. Arrachant un morceau de tissu sur le cadavre à terre, l’elfe fabriqua un bandage qu’elle plaça autour de son bras blessé. Le sang s’écoulait lentement : ses jours n’étaient pas en danger, mais elle devait éviter à tout prix un coup sur son bras, ou c’était l’hémorragie assurée. Elle fut alors alertée par un bruit de pas derrière elle, et eut tout juste le temps de parer l’attaque d’un autre mercenaire. Mais quand elle leva les yeux vers son ennemi présumé, Ariana reconnu Kyle Branson. Voyant l’expression de surprise sur le visage de la jeune femme, le bretteur se mit à ricaner.

- Je suis le traître, le vrai agent double. Henry n’était qu’une couverture. Je l’avais mis au secret afin qu’il trinque à ma place. Pas mal non ?

Ariana ne répondit même pas à la provocation fétide de l’homme, et lança l’assaut. Les lames de deux bretteurs tournoyaient à une vitesse impressionnante. Cette fois, la jeune femme fut étonnée de l’escrime que pratiquait Kyle : l’entraînement d’il y a quelques jours n’avait été qu’une couverture, afin de cacher sa véritable maîtrise des armes. Désormais, il se battait très bien, et avec beaucoup de style, dut reconnaître l’elfe. Elle espérait de tout cœur pouvoir le battre. Et elle savait qu’elle pouvait y parvenir.

- Vous croyez avoir gagné, mais vous avez tort. Ce soir, vous allez peut-être éliminer les trente mercenaires qui sont venus, mais le vrai combat a lieu ailleurs ce soir. Cette façade n’est qu’une diversion. Tu croyais vraiment que j’allais te laisser en possession de cette information sans modifier notre raid ?

Ariana continuait à croiser le fer, en méditant les paroles de son adversaire. Si ces trente hommes étaient une diversion – alors qu’à l’origine le véritable raid était sensé partir d’ici – alors quel était le véritable but des Mercenaires ? Même avec l’esprit à moitié plongé dans son duel, l’autre moitié réfléchissait à cette situation délicate. Soudain elle eut la réponse à sa question ; une épaisse fumée s’élevait de l’intérieur du fort. Les Mercenaires s’étaient introduits par une autre entrée et avaient incendié les réserves de poudre de la caserne. La moitié du fort allait être détruite si personne n’éteignait le départ de feu. Complètement hors d’elle, Ariana repoussa son adversaire et se mit à courir en direction des portes, talonnée par Kyle qui ne voulait pas laisser sa proie s’échapper. Dans le fort, la cour centrale était déjà en proie aux flammes, et même si des soldats tentaient de maîtriser le feu, les flammes se rapprochaient dangereusement de la réserve de poudre. Mais elle n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps : Kyle l’avait rattrapée, et croisait déjà le fer en signe de défaite à venir de l’armée.

- Les dés ont été jetés. Vous avez perdu.

Et le combat repartit de plus belle. Les duellistes évitaient les flammes avec adresse, et leurs lames dansaient autour du feu, comme une incantation funeste. Celle de la défaite. De qui, Ariana l’ignorait encore, mais elle présentait que les Mercenaires allaient perdre ce soir. C’était le raid de trop. Soudain, l’attention de la jeune femme fut attirée par l’entrepôt de nourriture, non loin de là. Les repas des soldats étaient absolument infectes ici, pensa la jeune femme. Du potage, des cornichons amers. Des cornichons ? L’illumination remplit l’elfe d’un seul coup. Les cornichons étaient stockés dans les barils contenant du liquide. Et si elle arrivait déverser ce liquide dans la cour centrale ? L’avancée du feu en serait fortement retardée, et les soldats pourraient éteindre les flammes complètement sans que les poudres explosent. L’air de rien, Ariana recula adroitement vers l’entrepôt de nourriture. Elle y entra, sous les assauts répétés de Kyle qui semblait bien décidé à éliminer celle qui était à l’origine de l’échec du raid. Arrivée à proximité des cordes qui maintenaient les barils en place, Ariana prolongea une parade et coupa les liens. Les tonneaux se mirent à rouler de façon désordonnée vers la place et, descendant trois marches, se brisèrent sur le sol, au cœur des flammes qui menaçaient les réserves de poudre.

- La défaite n’est pas pour ce soir. Rends-toi et tu auras une chance de survivre. Holmes ne veut vivant, mais si tu refuses d’obéir, je n’hésiterai pas à te tuer.

Son adversaire sembla hésiter l’espace d’un instant, puis fit volte-face et prit ses jambes à son cou. Ariana se lança à sa poursuite, alors que Kyle sortait déjà du fort. La jeune femme repensa alors aux ordres : elle devait ramener l’agent double vivant. Peut-être détenait-il des informations précieuses sur les plans des Mercenaires ? Décidée à finir sa mission en beauté, Ariana sortit sa dague, et la lança en direction du fugitif. La lame alla se ficher dans le mollet de Kyle qui s’écroula, incapable de poursuivre sa course folle. Quand il se retourna pour faire face à Ariana, l’elfe se contenta de lui asséner un violent coup de pied au visage et le traître perdit connaissance. La bretteuse récupéra sa dague et appela des renforts ; elle avait mené à bien sa mission. Il ne lui restait plus qu’à faire voile vers Guina puis de rejoindre Aïkorima pour livrer ce larron à la justice royale. Resserrant son bandage, la jeune femme lança un regard investigateur au ciel étoilé : le général Holmes serait sûrement content d’elle.

Mission Terminée
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

Contenu sponsorisé


_____________________

_____________________


_____________________

MessageSujet: Re: Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les lames dansent [RP Solo Ariana - Mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» quand le chat est là, les faucheuses dansent (pv Felyn)
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» Mission Spéciale #6
» [Émission #1] Who's that voice ? - TERMINÉ
» Mission de rang B, Recherche du duo [ solo ]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Walroen :: Walroen :: 
L'Océan du Destin

 :: Dardanos
-