AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Dim 29 Avr - 12:32



Un prisonnier pas comme les autres

La silhouette furtive passa dans le couloir sans un bruit, sous les yeux médusés des gardes de la prison. Ariana avait une tâche à accomplir, et pas des moindres. Un Mercenaire présumé avait été arrêté dans les montagnes de l’ouest, aux limites de la zone d’influence de l’Armée de Walroen. Le prisonnier avait été transporté à la prison de la caserne d’Aïkorima. Cependant, aucun motif d’incarcération n’avait été retenu. En d’autres termes, si l’armée se voyait dans l’incapacité de prouver que le prisonnier était un Mercenaire, il serait libéré dans la nature. William Holmes avait donc délégué Ariana Storm pour aller interroger cet elfe et tenter de trouver un quelconque élément prouvant son appartenance à la caste mercenaire. Dans un cas comme dans l’autre, elle avait un objectif beaucoup plus important : convaincre ce prisonnier de rejoindre les rangs de l’Armée. Car lors de son arrestation, il avait fait preuve d’une résistance impressionnante, blessant plusieurs hommes, et tuant trois soldats. Ce qui avait mis la puce à l’oreille du général qui voyait en cet elfe noir un pilleur mercenaire. Néanmoins, en l’absence de preuves, rien ne pouvait être entrepris contre le prisonnier. L’armée louchait sur ce type et n’avait qu’une envie : le voir brandir une épée dans leurs rangs plutôt que dans celui des Mercenaires.

Mais Ariana n’était pas aussi enthousiaste. Pour elle, les soldats de l’armée savaient tout juste comment tenir une arme, et tuer trois hommes de la IVe Légion n’était pas pour elle la marque d’une fine lame, loin de là. Aussi se réservait-elle le droit de tester l’escrime de cet elfe noir un jour ou l’autre. Traversant le dernier couloir, elle arriva devant la cellule du fameux mercenaire présumé. Le geôlier lui ouvrit la porte, et elle entra. Il était là, assis sur le bord de sa couchette, le regard perdu dans le vide. Peut-être avait-il fait mine de ne pas voir entrer la jeune femme. Imperturbable, Ariana saisit un tabouret dans l’angle de la pièce et s’assit plus ou moins face à son interlocuteur. L’elfe ne bronchait toujours pas. Elle déplia le morceau de parchemin sur lequel étaient écrites les informations relatives à celui qu’elle avait en face d’elle, et se mit à lire, sans même se soucier de l’attitude de son interlocuteur.

- William Nightingald, elfe noir de naissance. Vous avez été arrêté non loin de Naissoh, suite à une querelle avec un soldat de l’Armée Royale. Vous avez tué trois hommes et infligé des blessures à six autres. La justice de Walroen n’a rien à vous reprocher hormis ce triple homicide pouvant être mis sur le compte de la légitime défense. En l’absence de toute autre accusation, vous seriez libéré demain. Je vous le dis honnêtement, le général voit en vous un Mercenaire. Je me fiche de savoir si c’est vrai. Tout ce que veux pour le moment, c’est discuter avec vous. Et sachez pour votre gouverne que si vous refusez la simple conversation, j’ai les moyens de prolonger votre peine de prison, le temps que votre cas soit étudié plus en profondeur. En gros, votre liberté dépend de moi. Alors tentez d’être un minimum conciliant.

Ariana avait parlé d’une traite, sans regarder l’elfe. A présent qu’elle devait se présenter, elle releva la tête vers le dénommé William, et sans même tendre la main, se contenta de lui dire avec un petit sourire guilleret aux lèvres :

- Je m’appelle Ariana Storm, haute-elfe de naissance, et je suis bretteuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Lun 30 Avr - 0:07



À l'ombre des barreaux


- William Nightingald, elfe noir de naissance. Vous avez été arrêté non loin de Naissoh, suite à unequerelle avec un soldat de l'Armée Royale...
Les mots, clairs au début, déferlaient désormais de manière assourdis aux oreilles pourtant aiguisées du jeune homme. Se sentant grandement affaiblis, le mercenaire, à demi-conscient, essayait en vain de se concentrer sur ces quelques palabres qu'on lui servait, conformément au protocole. Il y mettait réellement du sien, en vain.
... Tué trois hommes... Blessures... Six... Rien à faire. Le débit était si intense que William ne parvenait à retenir que quelques bribes. ...Général... Mercenaire... Sa tête lui faisant mal, le jeune homme ne parvenait décidément pas à rassembler deux idées claires et, agressé par les paroles que lançait à vive allure son interlocutrice, il sentait peu à peu la colère monter en lui. Les assassins son souvent très patients, mais, tels les imprévisibles êtres qu'ils sont, leur courroux peut être dévastateur. En gros, votre liberté dépend de moi... ... ... Conciliant.

La pensée selon laquelle l'on entend que ce que l'on veut se vérifiant, le beau brun se concentra sur l'une des dernières phrases qu'avait prononcée sa charmante nouvelle rencontre. L'une des seules phrases qu'il avait entendue entière à vrais dires. Et pour cause ! Elle parlait là de sa liberté ! N'appréciant guère les espaces d'enfermement, l'Elfe Noir voyait là une issue de secours. Difficile d'accès et en aucun cas accueillante, mais une issue tout de même. Aussi, son être focalisé sur ces simples mots tandis que son regard sans couleur errait encore dans le vide, Wind, essayant de se remémorer le discours qui lui avait été allègrement servis, se demandait encore ce qui l'avait mené ici.

~ ~ ~

La marche est une pratique essentielle à la bonne santé. Certains la pratiquent chaque jour quand d'autres ne le font qu'occasionnellement. Toujours est-il que pour les Hommes, humains ou elfiques, pour ne citer que les races dignes d'un quelconque intérêt, elle est essentielle. Justement, en ce jour, William marchait sur une route pavée non loin des chaînes montagneuses de l'Ouest lorsque la situation dérapa. Originaire de la ville d'Eleannora, à quelques centaines de kilomètres de là, le mercenaire connaissait bien la région. Certes, la rive ouest de la Flèche Dorée lui était plus familière que ce coté-ci, mais, n'y venant pas pour la première fois, il s'y sentait également comme chez lui. Sentant l'air frais de la montagne glaciale non loin mêlé au parfum délicat des prairies de la Grande Plaine lui caresser le visage, le pilleur n'aurait pu être de meilleure humeur. Elfe de nature, le mercenaire ne se sentait véritablement bien qu'au contact de la nature : quoi de mieux que d'écouter les oiseaux chanter leur hymne favoris auquel s'ajoutait le rythme entêtant qu'imposait le clapotis de la rivière? Que de sentir l'herbe fraiche et humide d'une rosée matinale porter chacun de ses pas? Que d'écouter les conversations obscènes d'un groupe de soldats se reposant non?

Ses yeux auparavant clos se r'ouvrir immédiatement quand, réalisant ce à quoi il songeait dans sa délectation de la nature, il prit également conscience de la position dangereuse dans laquelle il se trouvait. Il était en terrain ennemi, face à une trouve de dix soldats armés jusqu'aux dents et lui ne possédait que sa rapière et son unique couteau papillon, volé au détour d'un marché noir. Planté au milieu de la clairière, l'Elfe ne mît que très peu de temps avant de se jeter au sol, se dissimulant de son mieux. Mais le mal était fait et déjà, les militaires se pressaient en cercle tout autour de lui, grognant tels les animaux qu'ils étaient et prêts à en découdre.

Se résignant à livrer combat, bien que ce dernier semblait perdu d'avance, le pilleur éveilla alors chacun de ses sens. Il était prêt, lui aussi. D'ailleurs, une fois lancé, rien ou presque ne put l'arrêter et ainsi, il tua dans sa fougue trois de ses adversaires tout en causant quelques dommages collatéraux aux autres. Mais ils étaient nombreux. Très nombreux. Trop nombreux, semblant affluer sans cesse. Néanmoins, le combat se déroulait sans trop de problèmes jusqu'à ce que subitement, le jeune homme aux oreilles en pointes s'effondre sous l'utilisation par ses opposants d'un puissant sédatif.

~ ~ ~

Voila pourquoi il était désormais face à cette petite soldate aux cheveux ébènes et... Aux oreilles en pointes? Était-ce vraiment une Elfe Noire? Quelle honte elle devait faire pour sa famille auquel cas. Réalisa le jeune homme tout en observant son interlocutrice du coin de l'oeil sans rien laisser paraitre.

- Je m’appelle Ariana Storm, haute-elfe de naissance, et je suis bretteuse.

Non, son sourire, associé à ses quelques paroles confirmèrent ce que le jeune incarcéré savait déjà : il avait affaire à une cousine plus ou moins éloignée de sa petite Lina. Décidément, les hauts-elfes devaient le suivre à la trace.

Réfléchissant à sa situation et, laissant ainsi un silence complet s'installer dans la cellule, le mercenaire se demanda qu'elle était la meilleure option à prendre. C'était une bretteuse, certes, mais pouvait-elle rivaliser? Il ne faut jamais sous estimer ses adversaires, Wind le savait pertinemment. Il n'était pas en position de mener une quelconque attaque qui plus est. Aussi, la passivité fut, pour le moment, adoptée.

-Eh bien, Ariana Storm, je ne vais pas me présenter, puisque vous me connaissez déjà.. Dites-moi juste ce que vous voulez de moi.

Il avait prononcé chacun de ses mots en détachant la moindre syllabes, sans ciller et, en concluant, s'était finalement décidé à détacher son regard du néant pour le poser sur elle, une lueur furibonde perçant difficilement à travers la pénombre de ses iris.
Elle avait parlé d'être conciliant? Conciliant il serait ; dans la mesure du possible, evidemment.

____________________________________________________________________________________



Dernière édition par William I. Nightingald le Lun 7 Mai - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Lun 7 Mai - 10:44



Croisons le fer pour voir

- Eh bien, Ariana Storm, je ne vais pas me présenter, puisque vous me connaissez déjà ... Dites-moi juste ce que vous voulez de moi.

Ariana crut déceler une pointe de colère dans la voix de son interlocuteur. Néanmoins, elle passa outre cette première sensation et se concentra à poursuivre sa tâche du mieux qu’elle pouvait. Elle souleva son tabouret et s’approcha de l’elfe noir. Ils étaient désormais si proches l’un de l’autre que la jeune elfe pouvait sentir la respiration du prisonnier. Elle plongea son regard dans celui de William et, sans hésiter, continua sa tirade d’une traite.

- Je n’exige rien de vous, du moins, pas encore, soyez-en rassuré. Suivez-moi. Et ne vous amusez pas à essayer de me fausser compagnie : je suis armée, vous non.

Ariana se releva, et demanda au garde d’ouvrir la porte de la geôle. Ce dernier s’exécuta pendant que la jeune femme faisait signe à William de la suivre. Le duo traversa plusieurs couloirs sombres qui n’étaient illuminés que par quelques torches clairsemées. Au bout d’un certain temps, ils arrivèrent devant une porte plus massive faite de métal. Deux gardes étaient postés devant le lourd battant et se dépêchèrent de l’ouvrir quand ils aperçurent Ariana. Au fond d’elle-même, l’elfe était plutôt contrariée : elle avait presque l’impression de conduire un prisonnier à l’échafaud. Or, Ariana détestait les exécutions, quelles qu’elles soient. Ils arrivèrent dans une sorte de cave large qui n’était illuminé que grâce à quatre petites meurtrières en hauteur. Dès que les gardes eurent refermé et verrouillé la porte à double tour, Ariana fut plus sereine : elle était certes enfermée avec un Mercenaire présumé mais au moins, Nightingald ne pourrait pas s’échapper. A moins qu’il sache passer à travers les murs. La jeune elfe alla jusqu’au fond de la pièce, où était déposée une rapière de bonne qualité. Elle lança l’arme à William qui l’attrapa au vol. Elle ôta sa cape et se rapprocha de l’elfe noir qui semblait toujours aussi peu renseigné sur ce qu’ils allaient faire.

- Nous avons tout le temps du monde devant nous, aussi allons-nous commencer notre entretien par ceci. J’aimerais voir ce que vaut votre escrime, William. Vous ne m’avez l’air ni bête, ni maladroit, donc si vous avez réussi à tuer trois hommes, j’ose espérer que vous savez vous servir d’une épée. Ce n’est pas un combat à mort, considérez juste cela comme un entraînement entre escrimeurs spécialisés.

Ariana se mit alors immédiatement en garde. Une garde classique, mais très bien choisie, largement offensive, mais qui lui permettait de couvrir tout son corps en parades. La magie de la ligne de sixte. Puis, elle tendit son bas en direction de son adversaire, lui lançant simultanément un regard de défi insoutenable. L’elfe prit le temps de déguster toutes ces sensations qui précédaient le combat : les jambes légères, le bras totalement libre, et l’arme comme prolongement naturel du corps. William semblait encore hésiter. Un sourire se dessina sur le visage d’Ariana, qui se contenta de répondre :

- Plus vite vous croiserez le fer, plus vite vous serez libre …
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Lun 7 Mai - 23:30



Maitre Chanteur,
Que j'aimerais vous voir déchanter...


Cette petite avait du cran, il fallait l'admettre.
Assis tout les deux, William devait la dépasser de plusieurs centimètres et, niveau envergure, il semblait être capable de l'enserrer également toute entière dans ses bras, de l'enfermer dans un étaux serré qui la priverait de tout mouvement... En un mot : le jeune homme aurait surement pu, si son adversaire avait été désarmée, faire renverser toute tendance. Il en aurait été capable, mais cela ne semblait pas perturber ou impressionner outre mesure la soldate. Après tout : elle était armée, il ne l'était pas ; et puis, de nature plutôt posée, l'Elfe Noir préféra la laisser faire ce que bon lui semblait. Elle désirait s'approcher? Grand bien lui fasse. Il n'était pas du genre à mordre de toute façon ; pas sans raison du moins. Cependant, la promiscuité que la demoiselle venait d'établir déconcerta un tant soit peu le détenu : la passivité de sa nature, elle, elle n'était pas censée la connaitre. Et puis, qu'elle âge avait-elle au juste ? Dix-neuf ans ? Vingt, peut-être, à tout casser ? Et elle osait se poser si près d'un criminel dont on avait due la prévenir de la potentielle dangerosité ? Réfléchissant sans même bouger ne serait-ce qu'un cil, le Mercenaire se retrouva très rapidement blasé.
De toute évidence, il avait affaire à une prétentieuse ; ou du moins, à une fille un peu trop sure d'elle à son goût. Qui était-elle pour s'imposer de la sorte, rognant le mince espace vital qu'il restait au jeune homme ? Personne. Une bretteuse, pas grand chose de plus.

Se contentant de la regarder par dessous, durement et sans aucune expression faciale, il la laissa terminer le monologue dans lequel elle s'était lancée plus tôt, ne décrochant pas un mot et ne lui prêtant que très peu d'attention tandis qu'elle lui parlait, se levait ou l'invitait vraisemblablement à la suivre.
*Parce qu'il faut bouger en plus.* Pensa l'Elfe en soupirant avant de s'exécuter et de passer la porte de sa cellule, en trainant la patte toutefois.
Pas besoin de demander où ils se rendaient, Wind savait qu'il ne tarderait pas à en prendre connaissance, et ainsi, tout le trajet se fit dans un silence mortel. Elle, fière et droite avançait vivement devant, alors que derrière, les mains plongées dans ses poches et trainant la patte nonchalamment, marchait le prisonnier. Laisser aller un détenu librement. Quelle drôle de pratique.
Quelle prétention aussi.

Finalement, au bout des couloirs exigus et sombres, se présenta la destination tant convoitée. Du moins, le duo put, dans un premier temps, observer la porte colossale qui y menait. Intrigué, William le fut d'abord quelque peu, mais ce n'est qu'une fois enfermé sous clefs dans la pièce qu'il commença réellement à se demander ce qui lui arrivait. Détaillant furtivement la salle vide, il resta sans bouger un long moment et ne sortit finalement de son immobilité que pour attraper l'arme, son arme, que venait de lui lancer son interlocutrice. Cette dernière, visiblement rassurer de voir son adversaire dans l'impossibilité de s'échapper, le gratifia une énième fois d'un long discours que le premier concerné n'écouta, comme les autres fois, presque pas.

- Nous avons tout le temps du monde devant nous, aussi allons-nous commencer notre entretien par ceci. J’aimerais voir ce que vaut votre escrime, William. Vous ne m’avez l’air ni bête, ni maladroit, donc si vous avez réussi à tuer trois hommes, j’ose espérer que vous savez vous servir d’une épée. Ce n’est pas un combat à mort, considérez juste cela comme un entraînement entre escrimeurs spécialisés.

Toujours est-il que parmi ce flot continu de palabres en tout genre, le Pilleur releva plusieurs expressions qui éveillèrent un semblant de son attention.
Entretien. Escrime. Entrainement.
Pensait-elle vraiment qu'il allait se fatiguer dans un combat futile et sans utilité pour sa part? Conciliant, peut-être, mais on ne dresse pas un loup comme on éduquerait un chien, et, en aucun cas, l'animal, quoiqu'en cage, n'obéirait si aisément.
Malgré cela, la réponse était visiblement oui pour la jeune et impétueuse Elfe. En effet, sans attendre une seconde, la jeune femme se mît en garde, dans une position qui lui semblait aussi naturelle qu'agréable à prendre. Esquissant un sourire et ne daignant remuer aucun membre, le Mercenaire la regarda faire, sans ciller donc, afin de suivre la suite des événements.
Evidemment, cela va sans dire que lorsqu'elle finit par conclure qu'à l'issue du duel, le Pilleur serait libre, ce dernier se retrouva tout sens en alerte. Voila que la demoiselle lui posait un sacré dilemme. Assurer sa liberté immédiatement ou suivre ses principes? Jaugeant son opposante, l'assassin ne savait que faire et tritura un instant le pommeau de son arme tandis qu'il réfléchissait. Pourquoi attaquerait-il une personne, une femme, qui plus est, qui ne lui avait strictement rien fait? Pour gagner sa liberté? Et puis quoi encore. Voila qu'on le faisait chanter, lui. Certains s'offusqueraient et refuseraient toute coopération pour si peu ; lui, en arrivait presque à avoir des envies de meurtres. Si il relevait le défi, c'était déjà un avantage : il aurait une raison valable de se défouler. Et puis, à y regarder de plus près, l'ombre des barreaux ne sciait vraiment pas du tout au jeune homme qui, laissant aller son regard évasif à travers les quelques meurtrières de la salle, rêvait presque éveillé de l'air frais et pur qu'il pourrait respirer une fois sortit de l'infâme bâtisse de détention.
Ainsi, quelques songes plus tard, l'Elfe Noir effectua quelques moulinés du poignet afin de fendre l'air de sa lame, pour détendre ses muscles, puis, sans plus de cérémonie, se mît en garde. Sa position n'était pas réellement étudiée comparée à celle de celle qui lui faisait office d'ennemie d'un jour ; en fait, elle était même vraiment des plus simples. Cependant, fermement campé sur ses pieds et sur le qui-vive, l'homme se savait capable d'encaisser un bon nombre de coups et d'éviter le reste en bondissant d'un quelconque coté : c'est tout ce qui comptait.

Finalement, tout en observant, une lueur de dédain dans les yeux, son adversaire, William brisa le silence qui régnait jusque lors dans la salle.

-Libre vous dites? Sincèrement, je ne suis pas le genre à attaquer sans raison, et encore moins des femmes, mais s'il ne faut que cela pour vous faire plaisir... Eh bien, allons-y alors.

Marquant une pause, il conclut en effectuant une révérence exagérée, une fausse note de courtoisie flottant dans sa voix devenue chaude et presque suave :
-Honneur aux dames.

PS : Hey petit message pour toi, chère Demoiselle. Alors, certes, il faut faire avancer tout cela, donc au diable le libre arbitre, je te le te concède, mais, je souhaiterais que tu retire cet affreux "médusé'' du visage de notre cher William. Ce n'est absolument pas dans son caractère que d'afficher son ressentis de la sorte et, puisque cela ne nuit en rien au reste de ton Rp, je te serais très reconnaissant de l'effacer Wink. Pour le combat, c'est pareil, tu peux dire que certaines de tes attaques le touchent sans que je poste pour riposter, sinon on va y passer des mois...
Affectueusement,
W.i.n.d.


____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Ariana Storm

avatar
_____________________

Soldat || BretteurBlason d'Argent[En Classe Prépa]
_____________________

Soldat || Bretteur
Blason d'Argent
[En Classe Prépa]
_____________________

Messages : 33
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 26
Localisation : Walroen

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Mar 5 Juin - 10:29



Premiers échanges

Honneur aux dames. L’expression avait fait sourire Ariana. Elle savait que la meilleure défense en escrime, c’est l’attaque. Et la laisser attaquer en premier, c’était déjà se mettre en position défavorable. Mais elle ne releva pas la chose, et se contenta de faire un pas de plus vers l’elfe. Une seule marche. Elle était désormais à une distance suffisante pour toucher son adversaire en fente, mais ce n’était pas dans ses projets. Du moins pas immédiatement. Elle se contenta en guise de préface au duel, d’attaquer dans la ligne de sixte, tout près du bras armé de son adversaire qui para sans difficulté. Parfait, sa ligne de sixte est bien fermée. Voyons voir le reste. Son adversaire répondit avec une offensive au corps, et Ariana fit tournoyer sa lame pour aller prendre la parade du mieux qu’elle pouvait. La rapidité de William l’avait toutefois légèrement déconcertée. D’habitude, elle n’avait affaire qu’à des adversaires très lents, qui mettent dix ans à construire une offensive ou à prendre une parade. Là, le mouvement de l’elfe noir avait été sûr et prompt. Trop sûr peut-être, d’ailleurs.

Ecartant la lame de son adversaire en liant le fer, elle tourna sur son pied avant et décocha un coup de coude plutôt « gentil » à son adversaire qui recula, plus surpris du mouvement que réellement blessé. Mais Ariana ne s’était pas arrêtée à ce simple coup ; elle avait continué, pendant toute la durée de l’action, à tourner sur elle-même et sa lame fendait désormais l’air droit sur le cou de William qui eut tout juste le temps de parer l’offensive. Le vrai danger n’est jamais là où on pense qu’il est. Ariana vit alors la coquille de l’arme de son adversaire lui arriver droit dans la figure, et un écho métallique se répercuta dans sa tête quelques secondes. Un instant de répit que l’elfe noir mit à profit en décochant dans la continuité de son geste un coup de pied dans le ventre d’Ariana qui se plia en deux de douleur et tomba à terre. William allait peut-être croire que son coup avait été parfaitement mené mais en réalité, la haute-elfe ne faisait cela qu’afin de pouvoir mieux encaisser le coup suivant. Car l’elfe noir attaquait désormais Ariana selon une ligne verticale, tentant ainsi de fendre le crâne à la bretteuse déjà à terre. L’elfe avait prévu cette offensive – qui était en réalité la seule possible dans ce cas de figure – et para à l’aide de son arme tandis qu’elle envoyait un coup de pied bien place dans le tibia de son adversaire. Cette fois, elle avait mis plus de force dans le geste. Les notes introductives du combat étaient désormais terminées. Puis, tournant sur elle-même tout en se relevant, elle tenta une attaque en ligne basse, splendidement parée par William.

Ariana fut presque surprise de constater que son adversaire était aussi résistant. Et rapide surtout. Mais la rapidité ne faisait pas tout, loin de là. Tandis que l’elfe enchaînait un liement afin de blesser la jeune femme au bras gauche, Ariana lâcha le fer, et déséquilibra William. Déséquilibre qui lui permit d’asséner une petit touche à l’elfe sur son avant-bras armé. Le coup était léger, et avait juste déchiré les vêtements du prisonnier, mais le message était clair. Le vrai affrontement ne faisait que commencer. William attaqua à nouveau et enchaîna plusieurs offensives variées ; Ariana avait beau prendre la parade à chaque fois, elle s’étonnait de voir la manière dont l’elfe combinait ses coups. Les mouvements étaient certes rapides et inattendus mais en contrepartie, à chaque attaque, William se découvrait quelques instants sur une cible ô combien importante : la cuisse avant. Forte de cette observation, Ariana enchaîna à son tour les attaques, frôlant par deux fois cette cible ostentatoire de son adversaire. Mais lui ne cédait pas. Au terme d’un échange, elle asséna un coup de pied dans la lame de l’elfe, et recula d’un pas, désormais hors d’atteinte.

- C’est une escrime intéressante que tu as là William. Mais je préfère de loin les vrais bretteurs aux bêtes de foire …
Revenir en haut Aller en bas
http://walroen.forumactif.com/

William I. Nightingald

avatar
_____________________

Chef ModérateurDémon de WalroenVoleur || PilleurBlason d'Or
_____________________

Chef Modérateur
Démon de Walroen
Voleur || Pilleur
Blason d'Or
_____________________

Messages : 299
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Ici et là dans Walroen.

Identité
Niveau:
1/5  (1/5)
Expérience:
10/250  (10/250)
Artefacts - Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   Mer 4 Juil - 20:29

Wow.
Vous ne me verrez pas souvent dire ça mais : Oh quel con.
Je te dois mes plus plates excuses Ariana, je dois dire que j'avais entièrement oublié ta réponse. Tu as du poster alors que j'étais tres occupé, parce que je me souviens avoir lu, mais je ne l'ai meme pas enregistrée dans le dossier qui est associé à ce rp (j'ai une organisation particulière...).
Bref, je n'ai aucune excuse, mais je tacherai de te répondre rapidement.

Amicalement,
W.i.n.d.

____________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


_____________________

_____________________


_____________________

MessageSujet: Re: Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre dans l'ombre d'une cellule [Ariana & William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» ▬ dans l'ombre { season finale : groupe 4
» Axiomes et fuseau dans l'ombre totalement différents d'en dehors
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Walroen :: Walroen :: 
La Vallée d'Aïkorima

 :: Caserne de la Grande Armée
-